Virus en progression
«On ne sait pas encore à partir de quand la maladie est contagieuse»

Le nombre d’infections en Europe augmente. La Suisse a elle aussi enregistré ses premiers cas. Comment le virus s’est-il propagé depuis l’Afrique, quels sont les symptômes et comment les traite-t-on? Dr. med. Silke Schmitt Oggier, médecin-cheffe du service de télémédecine santé24, répond à nos questions dans un entretien.

Madame Schmitt Oggier, deux cas de variole du singe ont déjà été signalés en Suisse. S’agit-il d’une nouvelle pandémie?

J’espère que non. Jusqu’à présent, en tout cas, il semblerait que ce ne soit pas le cas – d’ailleurs les voies de contamination sont très différentes. Dans l'état actuel des connaissances, il s'agit, en cas de transmission d'homme à homme, d'infections par gouttelettes, lors desquelles les agents pathogènes sont inhalés par l'autre personne via de minuscules gouttelettes de salive lorsqu'elle éternue, tousse ou parle, ou d'un contact direct avec des liquides corporels ou une éruption cutanée. Il faut donc un contact domestique ou sexuel très proche avec une personne infectée et déjà symptomatique. Comme le virus se propage actuellement plus rapidement que ce qu’on avait supposé auparavant, on explore d’autres voies de transmission possibles, notamment les contacts muqueux ou autres. Dans ce cas, la transmission pourrait être comparable à celle des papillomavirus humains (HPV).

Quels sont les vaccins existants et quels sont leurs bénéfices?

Un vaccin contre la variole est disponible de longue date, et il semblerait qu’il soit également efficace contre la variole du singe. La pharmacie de l’armée dispose encore de stocks suffisants de ce vaccin pour immuniser l’ensemble de la population. Cependant, il entraîne souvent des effets secondaires. Il existe également un nouveau vaccin, déjà autorisé dans l’Union européenne (UE). En Suisse, aucune demande n’a encore été déposée auprès de Swissmedic, l’autorité suisse d’autorisation et de surveillance des médicaments et des dispositifs médicaux, si bien que le vaccin n’est pas autorisé dans le pays. On peut supposer que le marché suisse était moins intéressant pour les fabricants. Il en va de même d’un médicament antiviral utilisé dans l’UE pour le traitement de la variole du singe.

Si quelques études ont été publiées, les données empiriques disponibles sur ce nouveau vaccin et sur le médicament antivirus sont encore limitées. Il semblerait que le vaccin soit assez efficace. Quant au médicament antiviral, on en sait encore très peu de choses. Des effets secondaires ne sont pas à exclure. D’après ce que je sais, l’Office fédéral de la santé publique (OFSP) examine actuellement la possibilité d’administrer ce vaccin et ce médicament dans des cas graves, même en l’absence d’autorisation de mise sur le marché.

Indépendamment du vaccin et du médicament antiviral: comment peut-on se protéger?

Les cas diagnostiqués reçoivent des instructions: ils doivent s’isoler et informer les personnes avec lesquelles ils ont eu des contacts rapprochés. Ces personnes cas contact ne sont en revanche pas tenues d’observer une quarantaine. On ne sait pas encore précisément à partir de quand la maladie est contagieuse – probablement dès l’apparition des symptômes. Je ne sais pas s’il faut se fier à cette hypothèse, car dans de nombreuses maladies contagieuses, l’agent pathogène peut se transmettre dès la période d’incubation. Dès que les symptômes apparaissent, à savoir forte fièvre, violents maux de tête et de dos, forte fatigue et état léthargique, le sujet ne doit plus être en contact avec d’autres personnes. Ces symptômes, qui font penser à la grippe, sont suivis d’une éruption cutanée. On s’interroge sur la possibilité d’une transmission par contact avec les muqueuses, mais on suppose également une capacité du virus à survivre un certain temps sur des particules cutanées qui se sont déposées sur des surfaces inertes (comme du linge de lit).

Mais quand on ne sait rien, il est difficile de se protéger.

Chez les personnes HSH*, on observe une propagation plus rapide du virus, ce qui semble indiquer une transmission par les muqueuses. Les personnes évoluant dans cette communauté doivent donc se protéger en cas de relations avec des personnes inconnues. Ce risque ne menace toutefois pas l’ensemble de la population.

Il ne faut pas basculer dans l’hystérie. Silke Schmitt Oggier, médecin-cheffe du service de télémédecine santé24

Comment l’éruption cutanée est-elle traitée?

Il n’existe pas de traitement spécifique. Il convient de rafraîchir et d’apaiser les zones touchées, mais surtout d’éviter une surinfection bactérienne. Les altérations cutanées commencent par une éruption cutanée, puis des ganglions apparaissent, et bientôt des pustules, tout d’abord emplies d’eau, comme pour la varicelle, puis de pus. Lorsque ces pustules éclatent, la peau est à vif, et donc fortement exposée aux infections et surinfections. Un traitement antibiotique est alors indispensable. J’imagine que les pustules peuvent se soigner comme les boutons de varicelle, en appliquant des produits pour apaiser et sécher les lésions. La différence avec la varicelle est que les pustules de la variole du singe ne provoquent pas de démangeaisons.

La variole du singe est-elle dangereuse pour quelqu’un qui n’a jamais eu la varicelle?

Son évolution est plus lente. Il faut trois à quatre semaines pour que les dernières croûtes tombent. Normalement, les lésions ne laissent pas de cicatrices. La varicelle est plus dangereuse pour les adultes que pour les enfants. Concernant la variole du singe, il existe deux variantes: la variante d’Afrique de l’Ouest, assez bénigne et moins contagieuse, et la variante d’Afrique centrale, plus dangereuse. Les cas enregistrés jusqu’à présent hors d’Afrique relèvent de la première variante. Comme il ne s’agit pas d’une maladie infantile, les enfants et les adolescents sont particulièrement à risque, mais aussi les personnes immunosupprimées. Normalement, toutefois, une hospitalisation n’est pas nécessaire. La maladie peut également toucher les yeux. On recommande donc aux personnes infectées de se faire suivre par un ou une ophtalmologue.

Comment SWICA aide-t-elle les personnes assurées concernées?

Le plus simple est d’appeler santé24. Nous chercherons alors s’il existe un cas de suspicion dans l’entourage, ou un mode de comportement suggérant un risque d’infection. En cas d’éruption cutanée, il peut être utile d’envoyer des photos. Les lésions de la variole du singe ont un mode d’apparition typique: elles apparaissent d’abord sur le visage, puis se propagent à l’ensemble du corps. À la différence d’autres éruptions, les pustules se développent également sur la paume des mains et la plante des pieds. À ce stade, les ganglions lymphatiques du cou et de l’aine sont déjà gonflés. Si l’éruption est déjà avancée, il est relativement aisé, sur des photos, d’identifier la maladie. santé24 saura renseigner les patients. Si on souhaite se faire examiner physiquement, il convient de contacter au préalable un centre hospitalier pour prendre rendez-vous, afin que le personnel puisse se préparer et empêcher toute contagion.

J’aimerais également souligner que des cas de variole du singe avaient déjà été identifiés hors d’Afrique auparavant. Cet épisode n’a donc rien de nouveau. Simplement, du fait de la pandémie de Covid-19, nous sommes devenus beaucoup plus vigilants, ce qui en soi est une bonne chose. Il ne faut toutefois pas basculer dans l’hystérie.

*HSH= hommes ayant des rapports sexuels avec d’autres hommes

Origine de la variole du singe

Première apparition: un bébé est infecté en 1970

Le premier cas de maladie décrit concerne un bébé âgé de 9 mois en 1970 au Congo. On a ensuite régulièrement assisté à des réapparitions locales de la variole du singe dans onze autres pays africains. Le premier cas non directement importé est survenu en 2003 aux États-Unis. 70 personnes ont alors été infectées par le virus. Le virus avait été introduit par un importateur de petits mammifères exotiques du Ghana.

D’autres infections ont été observées en septembre 2018 en Israël, en mai 2019 à Singapour et en Grande-Bretagne ainsi qu’en juillet et novembre 2021 aux États-Unis. La maladie avait dans tous ces cas été disséminée par des voyageurs en provenance du Nigeria.

La situation de la flambée actuelle de variole du singe est totalement différente. Le virus est signalé dans plusieurs pays européens, notamment la Suisse, l’Allemagne, l’Autriche, l’Espagne, le Portugal, la Belgique et la Suède. La particularité est ici que les malades sont des personnes qui n’ont eu aucun contact direct avec des voyageurs en provenance de zones où la variole du singe est endémique.

Facebook    Instagram     Xing     LinkedIn     Youtube     Twitter