La douleur fait partie de la vie, la souffrance est un choix

A l'issue d'un examen préventif, Andrea S. Müller apprend qu'elle souffre d'un cancer de l'estomac. Ce diagnostic suscite en elle des pensées et des sentiments très difficiles. Malgré tout, elle surmonte pas à pas sa crise existentielle, notamment grâce au soutien de son Care Manager.
«La patience est la vertu la plus difficile à apprendre, mais aussi la plus précieuse», déclare Andrea S. Müller pour paraphraser le célèbre écrivain Hermann Hesse. A mots mesurés, elle raconte le tournant qu'a pris sa vie le 25 novembre 2019: son employeur la licencie pour motifs économiques après douze ans de bons et loyaux services. A 55 ans, elle n'a pas encore digéré cette nouvelle que le sort frappe une nouvelle fois une semaine plus tard: après un examen préventif, elle apprend, à son plus grand étonnement, qu'elle souffre d'un cancer de l'estomac. Examens et démarches supplémentaires permettent d'établir le déroulement du traitement. Carmine Coscia, Care Manager chez SWICA, l'accompagne tout au long de cette période: «Il me soutient et me motive, connaît tous les intervenants, me propose régulièrement de faire office de relais.» Il se tient donc aussi à ses côtés lorsqu'elle subit la première série de chimiothérapies entre décembre 2019 et février 2020.

Des sentiments mitigés

Ce traitement déclenche en elle une foule de questions et de sentiments difficiles. «La chimiothérapie m'a rendue schizophrène. D'une part, j'étais infiniment reconnaissante de pouvoir bénéficier du meilleur traitement en date», explique-t-elle. «D'une autre, je restais couchée pendant des heures sur un lit d'hôpital d'une blancheur immaculée, à me faire inoculer du poison.» Troubles et effets secondaires empirent à mesure que l'organisme d'Andrea S. Müller est affaibli par la chimiothérapie. «Une chimio est comme une déchirure, elle vous lacère littéralement tout le corps; vous voulez vous enfuir de votre corps, mais vous en être prisonnier», tente-t-elle d'exprimer son ressenti. Compagnon, famille et amis la soutiennent activement pendant cette période éprouvante.

Marquée à vie

Quelques semaines plus tard, elle réintègre le Claraspital, où la totalité de son estomac doit lui être retirée: «Une atteinte à vie à laquelle j'ai dit oui», confie-t-elle, pensive. Du jour au lendemain, elle doit chambouler ses habitudes alimentaires et suivre de nombreuses règles, ce qui exige un haut degré d'adaptation, de discipline et de flexibilité. «Même si je ressens encore l'envie de manger, je dois m'arrêter. Car les excès ne se manifestent qu'après coup.» Et puis, elle supporte certains aliments tantôt bien, tantôt moins bien. Par ailleurs, elle ressent souvent fatigue, maux de tête ou de ventre après les repas.

Une lueur d'espoir

Au bout de quelques semaines suit la deuxième série de chimiothérapies. Une fois de plus, Andrea S. Müller se consacre entièrement à son traitement: «Je me répétais souvent ‹La douleur fait partie de la vie, la souffrance est un choix.›» Pendant de nombreuses heures, elle s'exerce à se contrôler et à accepter chaque moment, aussi difficile, douloureux et abject soit-il. «S'abandonner au moment présent et se concentrer sur la guérison, voilà la clé pour surmonter toutes ces heures difficiles.» Enfin, la dernière chimiothérapie est passée. Deux semaines après sa rééducation, Andrea S. Müller devient grand-maman pour la première fois. «J'ai vécu beaucoup de choses, parfois très belles. J'ai ainsi compris que la vie continuait.»
Andrea S. Müller est disposée à partager son expérience avec des personnes atteintes de cancer (de l'estomac). Pour entrer en contact avec elle, écrivez-nous.