SWICA renégocie ses contrats avec les hôpitaux

Evolution des besoins de la clientèle, pression croissante des coûts et nouvelles exigences de l’autorité de surveillance nécessitent des adaptations. C'est pourquoi SWICA a commencé à renégocier ses contrats passés avec les hôpitaux pour les assurés en divisions privée et demi-privée.
«Nous voulons rester l'assurance-maladie dotée des clients les plus satisfaits», déclare Daniel Rochat, membre du comité de direction de SWICA. Responsable du département Prestations, il assure les négociations contractuelles entre les prestataires et SWICA. Lui et ses collaborateurs procèdent, en ce moment, à des adaptations de contrats avec les premiers hôpitaux. Les négociations avec les autres établissements suivront au cours des trois prochaines années. «Les nouveaux contrats indiqueront clairement les prestations supplémentaires concrètes dont bénéficieront nos clients assurés en division privée ou demi-privée», explique Daniel Rochat. «Ce processus de renouvellement s’avérera délicat», concède Daniel Rochat, représentant de SWICA au sein du projet Contrats de prestations supplémentaires de l'Association Suisse d'Assurances, qui a élaboré un ensemble de onze principes fondamentaux pour un système tarifaire moderne. Daniel Rochat n'exclut pas une absence, qu'il espère temporaire, de contrat avec certains hôpitaux, ce qui menacerait la couverture intégrale des coûts lors d'interventions. L'objectif reste cependant clair à ses yeux: «Nous recherchons, comme jusqu'ici, des partenariats équitables et pragmatiques avec les prestataires. Faute d'accord avec un hôpital, nous prendrons contact de façon proactive avec les assurés concernés afin de trouver une bonne solution pour chaque intervention stationnaire.»

Recherche du meilleur rapport prix/prestations

Daniel Rochat affirme que l'environnement hospitalier s'est passablement complexifié depuis l'introduction dans l'assurance de base, en 2012, des forfaits par cas pour les interventions stationnaires, et d'ajouter: «Les forfaits par cas, qui ne couvrent pas entièrement les frais pour les hôpitaux, ont compliqué les négociations tarifaires avec les hôpitaux pour les assurances complémentaires, car les fournisseurs de prestations se retrouvent soumis à une énorme pression des coûts. La pression de la part des politiques a, elle aussi, augmenté.» D'autant plus que, l'année précédente, la Finma a mis en lumière un potentiel d'optimisation chez plusieurs assureurs lors de contrôles sur site. L'autorité de surveillance exige désormais que les hôpitaux indiquent de façon détaillée, dans leurs factures destinées aux assurés complémentaires, les prestations supplémentaires fournies afin de permettre un meilleur contrôle.

Priorité à la satisfaction

SWICA a commencé, il y a quelques temps déjà, à mettre au point des prestations supplémentaires attrayantes et axées sur les besoins de ses clients. En 2019, par exemple, un guichet dédié a été ouvert à l'hôpital cantonal de Winterthour pour répondre directement sur site aux questions qui peuvent se présenter aux patients pendant leur séjour hospitalier. Par ailleurs, SWICA accompagne tous ses clients assurés en division privée ou demi-privée de la garantie de prise en charge des coûts jusqu'au retour à la maison après une hospitalisation. Daniel Rochat de conclure: «La pandémie nous a montré à quel point la santé passe avant tout. Nous garderons toujours cette idée à l'esprit lors des négociations contractuelles.»

Accompagnement lors d'un séjour hospitalier

Les clients SWICA assurés en division privée ou demi-privée peuvent solliciter un suivi personnalisé avant, pendant et après leur hospitalisation. SWICA met à leur disposition un interlocuteur joignable pour toute question liée au séjour hospitalier.

Customer Journey hospitalisation
Concept de mesures communes des asureurs suisses en maladie complémentaire