Quand l’allaitement n’est-il pas possible?

Environ deux pour cent des femmes ne peuvent pas allaiter. Et ce, pour diverses raisons. Dans ces situations, il convient d’être particulièrement prudente ou mieux encore d’y renoncer complètement.

Au moins quatre jeunes mamans sur cinq allaitent leur enfant. En fait, pratiquement chaque femme peut allaiter si elle en a la volonté, si elle est bien informée et soutenue par son entourage social. Dans certains cas exceptionnels, l’allaitement n’est cependant pas possible et n’est pas non plus recommandé par les experts. En font partie:

  • Une lactation insuffisante: chez quelques rares femmes, le tissu glandulaire de la poitrine n’est pas suffisamment développé. Elles ne sont de ce fait pas en mesure de produire du lait maternel. Outre cette prédisposition biologique, des problèmes de métabolisme comme par exemple une hypothyroïdie ou des saignements extrêmement forts après l’accouchement peuvent provoquer une absence de lactation ou une montée de lait trop faible.
  • VIH: les experts déconseillent d’allaiter aux mères atteintes du sida. Il existe un petit risque de transmettre le virus à l’enfant par l’intermédiaire du lait maternel.
  • Médicaments: la prise de médicaments peut être une raison d’extraire le lait maternel et de le jeter vu que l’enfant pourrait ingérer des substances nocives par le lait maternel. L’allaitement peut cependant être repris sans problème après le traitement médicamenteux.
  • Intolérance au lactose: si l’on constate une intolérance au lactose chez l’enfant, il ne peut être allaité. Il faut alors trouver des formes d’alimentation alternatives comme les aliments pour nourrissons industriels.

La prudence est requise dans les situations suivantes

  • Tuberculose/hépatite C: une tuberculose chez la mère peut amener à devoir séparer temporairement la mère et l’enfant. La plupart des mères atteintes d’une hépatite B ou C peuvent cependant continuer d’allaiter sans danger si certaines mesures de précaution comme la vaccination du nouveau-né sont prises.
  • Chirurgie mammaire: après une opération du sein, l’allaitement peut être plus difficile voire même impossible. Les augmentations mammaires posent en général moins de problèmes que les réductions. Une réduction implique l’enlèvement de tissu mammaire puis le remodelage de la poitrine. Lors d’une augmentation par contre, un implant est positionné derrière le tissu glandulaire, ce qui ne devrait pas interférer sur la production de lait.
  • Maladies infectieuses: les mères souffrant d’un refroidissement ou d’une autre infection bactérienne ne doivent pas obligatoirement interrompre l’allaitement. Une bonne hygiène ou la vaccination simultanée de la mère et de l’enfant permettent de protéger de façon fiable le bébé.



06.07.2015

Pour toute question en matière de santé et l'alimentation des bébés, le service de télémédecine santé24 se tient à la disposition des assurés SWICA. Ce service est gratuit et accessible au +41 44 404 86 86. L'obtention d'une autorisation d'exercer pour la télémédecine permet en outre de fournir des prestations médicales supplémentaires en présence de tableaux cliniques adaptés à une pratique télémédicale. L'application médicale BENECURA permet aux assurés SWICA d'analyser leurs symptômes à l'aide du SymptomCheck numérique et d'obtenir des recommandations sur la conduite à tenir. Lors d'une éventuelle conversation téléphonique avec santé24, le client décide dans chaque cas s'il souhaite partager les données saisies dans SymptomCheck avec santé24.