Chat en direct

Nous nous ferons un plaisir de vous fournir un conseil personnalisé.

Du lundi au vendredi: 18.30 – 21.30

Le samedi: 8.00 – 17.30

FR-Leider steht der Chat gerade nicht zur Verfügung Rappel et contact

A votre écoute 24 heures sur 24

Service clientèle 7x24h

santé24, votre service suisse de télémédecine

Agence la plus proche

SWICA Direction générale Winterthour

Calculateur de primes

Plâtre chirurgical: ce qu’il faut savoir

Les jours de températures négatives et de verglas, nul n’est à l’abri d’une perte d’équilibre, et d’une mauvaise chute pouvant causer une fracture du bras ou de la jambe. Dans quels cas le plâtre est-il indiqué et comment surveiller le membre ainsi immobilisé?

Quand, à la suite d’un accident tel qu’une chute, nous nous brisons un os cylindrique – de la jambe ou de l’avant-bras par exemple –, le médecin immobilise le membre blessé au moyen d’un plâtre. La condition de ce traitement est qu’il n’y ait pas eu de déplacement des fragments d’os après la rupture.

L’extrémité concernée est alors enveloppée dans une contention, en plâtre ou à base de fibre de verre. Pour bloquer les mouvements de rotation et de basculement pendant la phase de réparation, le médecin immobilise également l’articulation à proximité, dans notre cas le poignet ou la cheville.

Gonflements et zones de pression

Le plâtre est modelé assez étroitement sur la jambe ou l’avant-bras afin de garantir un maintien optimal de la fracture, qui est à ce moment-là encore enflée. Les bandes, humides au départ, durcissent sous l’effet d’une réaction chimique et se transforment en une coque rigide. On considère que le gonflement lié à la fracture ne s’accentuera pas. Mais si le membre immobilisé continue d’enfler, le plâtre devient alors trop serré. Cela se traduit par des zones de pression et une mauvaise circulation du sang dans les doigts ou les orteils.

Surveillance du membre plâtré

Il n’est pas toujours évident de vérifier si le gonflement s’est atténué ou si, à l’inverse, le plâtre est trop serré. En effet, le patient doit d’abord s’habituer à la sensation inhabituelle de rigidité au bras ou à la jambe, et il prend des médicaments qui limitent la perception de la douleur. Pour s’assurer que l’évolution est normale, il est donc nécessaire de contrôler, toutes les heures au début, un certain nombre d’éléments: d’abord, les doigts ou les orteils doivent être aussi chauds que ceux du côté non atteint. La couleur de la peau ne doit elle non plus pas trop différer de celle du membre intact. Enfin, le patient ne doit pas ressentir de picotements («fourmis») dans les doigts ou les orteils et devrait pouvoir remuer ceux-ci sans problème.

Si l’un de ces problèmes survient ou que le contrôle de la circulation, de la mobilité et de la sensibilité suggère une anomalie, le plâtre doit être impérativement retiré pour permettre de rétablir la circulation du sang dans les plus brefs délais.

Pour toute question relative à votre santé, vous pouvez contacter les médecins et le personnel médical de santé24, un service mis gratuitement à la disposition des assurés SWICA, accessible 24 heures sur 24. Sur demande, santé24 se charge également d’obtenir un rendez-vous médical. Tél. +41 (0)44 404 86 86. Avec l’application BENECURA, les assurés SWICA peuvent par ailleurs procéder à une analyse des symptômes constatés (SymptomCheck) et obtenir des conseils quant aux mesures à mettre en œuvre. Ils peuvent décider de communiquer ou non au personnel de santé24 les données renseignées dans SymptomCheck.

30.01.2019

retour